étoiles dans la nuit- 1001 perles, Ivanne S

Bon, c’est parti pour ma première réalisation pour le projet grande taille! J’ai donc choici de commencer par la version A de la jupe 1001 perles de Ivanne S. dont j’avais lu pas mal de bien sur la blogo.

D’abord, première chose à noter c’est qu’assembler le patron pdf a été du pur bonheur. Les pièces de patrons sont arrangées de façon à ce qu’elles tiennent ensemble sur plusieurs rectangles, au lieu d’être forcé d’assemble ensemble sur une même surface la totalité du patron. Franchement, c’était très agréable du coup de tout assembler, pas besoin de m’étaler dans tout le salon… top!

En dehors du patron, le dossier contient plusieurs fichiers. L’un d’eux concerne les instructions qui sont très, très fournies… voire peut être trop. A deux reprises, j’ai eu des problèmes à trouver les informations qu’il me fallait. La première fois a été pour le montage des poches, et la seconde pour le montage de la ceinture (où j’ai juste improvisé à ma sauce au final). Deux fois sur un modèle plutôt simple, c’est pas top… mais après, je pense que le problème vient en partie de moi. J’ai toujours plus de mal à me concentrer quand je lis sur un écran d’une part, et aussi j’ai tendance à lire les choses “en diagonale” ce qui évidemment ne marche pas toujours lorsqu’il s’agit d’instructions. Par dessus le marché, la semaine passée à été un peu intense au boulot, donc mes capacités de concentrations s’en sont trouvées réduites… Donc j’accorde le bénéfice du doute surtout que de toute façon, je pense ne pas m’en être trop mal tirée!

Et puis, je ne vais pas me plaindre que tout soit très expliqué! Je commence à avoir assez de bouteille pour que la version A, même avec poche, ne me pose pas de problème, mais je sais qu’une débutante totale serait bien contente d’être autant guidée! Je pense juste que, parfois, la quantité de texte sur la page peut rendre ça un peu moins lisible.

Sinon, en dehors de ça, je n’ai eu aucun réel problème pour coudre cette jupe. C’était ma première fois avec un patron sans marge de couture, et même si je sais qu’il faudra que je fasse plus attention en ajoutant les marges la prochaine fois (elle n’étaient pas régulières), tout s’est bien passé. Après le temps passé sur mon safran, c’est vraiment agréable d’avoir un projet aussi rapide! En l’espace de quelques soirées sur une semaine, tout a été fait de l’impression du patron à l’ourlet final. Comme en plus ça a été une semaine assez intense au boulot, j’ai vraiment beaucoup apprécié de travailler sur ce projet tout simple.

(ça ne se voit pas trop parce que la jupe a été portée dès qu’elle a quitté la machine à coudre, mais c’est l’ourlet le plus beau et le plus régulier de ma courte carrière, et je l’aime d’amour)

Quelques photos portées, avec moi qui fait l’idiote parce que je suis plus à l’aise comme ça que sur une photo sérieuse:

Je crois que c’est la jupe la plus courte que j’ai (voire même que j’ai jamais eu) mais au final, je suis à l’aise dedans. Je n’ai pas ma peur habituelle de dévoiler mon derrière, je peux bouger et marcher sans problème… c’est le bonheur. Franchement, cette petite jupe toute simple et toute rapide est une super piqûre de rappel sur ce qui m’a poussé à tenter la couture: avoir des vêtements qui me vont et qui me plaisent.

Récapitulatif:

Patron: jupe 1001 perles, Ivanne S.

Modification: aucune! /o/

A refaire: Oh que oui! Je veux tenter les versions à plis, et la version boutonnée aussi! Et peut-être aussi des variations de la version A! C’est un patron simple mais avec un énorme potentiel de customisation, et j’aime ça!

Du coup, pour le prochain projet de mon challenge grande taille: soit le gilet Canelle de Christelle Couds (qui du coup va remplacer le lupin dans ma garde robe capsule) soit la blouse Gloria de Les Fusettes, on va voir!

Projet grande taille

Bon, c’est bien joli de pousser un coup de gueule, mais ça ne me suffit pas.

Suite à cet article où je grognais contre les patrons indé français qui s’arrêtent au 46, laissant ainsi de côté pas mal de couturières, il s’est passé deux choses:

  1. J’ai eu la confirmation que beaucoup d’autres étaient touchées par ce problème, et qu’elles partagent ma frustration
  2. On m’a signalé des marques de patrons indépendantes françaises qui, elles, étendent leur gamme de taille au-delà de ce fameux 46 (et aussi des “grandes” marques d’ailleurs!)

Et donc il m’est venu une idée: je veux tester toutes ces marques, et bloguer dessus histoire d’y ajouter mon petit bout de visibilité en taille 50. Je dois avoir que je n’ai pas forcément eu d’énormes coup de coeurs (enfin, deux, si, mais dont un qui s’arrêtait avant ma taille, ahah!) mais d’un autre côté, je suis toujours en recherche de “mon” style, toujours à me demander ce qui me va ou pas… donc ça va être l’occasion de prendre quelques risques et de tenter des silhouettes vers lesquels je ne me serai pas forcément dirigée autrement!

Et donc, voici ma liste de projets, que je vais essayer quand c’est possible de faire entrer dans la garde robe capsule, histoire de faire d’une pierre deux coups.

  • Jupe 1001 perles, Ivanne S. jupe taille 32-54. Le patron est déjà imprimé et assemblé, le tissu est coupé, donc c’est parti roule ma poule!
  • Lorelei, Urban Fairy, robe taille 36-52. Pas encore acheté le patron, et de base ce n’est pas forcément une robe qui m’emballe, mais je veux profiter aussi de ce projet grande taille pour parfois tenter de nouvelles choses… et puis franchement, les autres patrons me plaisent encore moins.
  • Gloria, Les Fusettes, robe/blouse taille 34-52. Le patron est acheté et assemblé, il faut juste que je me décide sur un tissu
  • Clarisse, Chez Machine, robe taille 34-44 et 46-56. Bon alors celle là, franchement, elle va passer au bas de ma to-do list en fait. Parce que 19€ le patron, désolé mais ça me fait juste méga-mal au porte-monnaie! En plus, LE modèle de chez eux qui me plait, la jupe rose s’arrête au 48… et moi je fais du 50. Bref, pas un bon départ entre nous!
  • Colibri, Eglantine et Zoé, blouse taille 34-46 et 48-56. J’aime bien la forme et les manches… mais la marque perd de gros points love chez moi du fait que seul deux de ses patrons soient au dessus du 46…
  • Canelle, Christelle Coud, haut taille 32-44 et 42-52.J’ai un tissu maille à rayure qui pourra peut être donner quelque chose de sympa avec ce patron? Et puis, ça pourrait être ma veste pour la garde robe capsule.

La liste est tristement courte,… D’un autre côté, pour l’instant je limite ce projet aux marques françaises indépendantes qui vont jusqu’à ma taille de 50-52 (donc exit les magazines, et les patrons anglophones!). J’espère découvrir d’autres marques (n’hésitez pas à m’en proposer!) ou que des marques existantes agrandissent leur gamme… on peut espérer!

février: Safran, Deer and Doe

Il y a visiblement un côté très flippant à coudre des pantalons, et je pensais au debut que c’était un aspect technique. C’est vrai qu’un pantalon, surtout un jean, nécessite certaines techniques qui peuvent impressionner lorsqu’on n’a pas encore beaucoup cousu. Mais après mon expérience Safran, je me rends compte que le plus dur dans cette histoire c’est peut être plutôt les ajustements. Et alors, autant la partie technique couture pure ne s’est pas trop mal passée, autant je sens que tout reste à faire sur les ajustements.

Pour le contexte, j’ai de mauvaises expériences avec le prêt à porter au niveau des pantalons. ça fait un bail que je n’y ai pas trouvé un jean qui m’aille, sauf à regarder au rayon homme… et à ne pas être trop difficile sur le tombé. En gros, les jeans, si mes hanches et mon derrière passent, ça va être trop grand à la taille (et probablement trop long aussi). Bref, quand j’ai un jean qui me va, souvent je n’ai que lui, et je le porte jusqu’à ce qu’il rende l’âme. Je sais que ça n’est pas le cas de tout le monde, et je sais que je suis donc plus “relax” que certaines sur le tombé de mes pantalons.

D’ailleurs, à y réfléchir, un des trucs qui m’a vraiment “lancé” en couture, c’est le pantalon Moji de Seamwork. J’en ai fait deux l’été passé, et si le premier, un peu court, attend le retour des beaux jours, l’autre est devenu ZE pantalon de ma vie quotidienne, porté presque tous les jours (c’est simple, à part ces deux là, je n’ai aucun pantalon maintenant…)

Bref, parlonscouture. J’ai trouvé les instructions du livret très claires, comme douvent chez Deer and Doe, et tout cest bien passé,  même la braguette. Je m’en suis fait tout un monde de cette braguette, je vous jure! J’ai généralement du mal avec les fermetures éclair, donc la braguette hein… mais en fait, ça s’est fait très simplement! J’ai juste pris quelques minutes à comprendre les instructions du livret (les illustrations aident bien), et ensuite tout est allé tout seul, un vrai bonheur.


Comme toujours, j’ai dû agrandir le patron. Cette fois, j’ai testé une nouvelle méthode: j’ai traité les pièces du patrons comme si elles n’avaient pas de marges de couture, et j’ai rajouté 1.5cm à ça. Pas super précis comme méthode, pas super pro non plus, mais je voulais tester si je pouvais trouver une méthode plus simple et rapide. Pas super convaincue par le résultat final, disons le bien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bon, et donc, comment il me va ce pantalon? Ben il me va… pas super bien, soyons très honnête. Comme toujours, je me retrouve avec un truc trop grand et je ne comprends pas pourquoi parce que je n’agrandis que de ce qu’il faut, et je reprends mes mesures avant chaque projet, surtout pour du DD où le problème est récurrent. Du coup, maintenant que j’ai pris les photos pour le blog, je vais m’amuser à défaire la ceinture, et tenter de la modifier pour qu’elle m’aille, puis je modifierai le pantalon à la taille (j’ai de toute façon une taille au moins de différence entre mes hanches et ma taille), et ensuite on verra. Et même comme ça, j’ai un peu porté ce pantalon, ne serait-ce que par fierté d’être arrivé au bout d’un projet qui m’avait tant fait peur!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais j’avoue être fatiguée de mes ratés chaque fois que j’agrandis un patron… je pense que je vais laisser Deer and Doe de côté pour un moment, même si j’adore vraiment leur patrons qui ont joué ungrand rôle dans mon envie initiale de couture. Grâce à mon coup de gueule il y a quelques temps, on m’a conseillé plusieurs marques qui, elles, vont jusqu’à ma taille, et puis j’ai ce numéro hs de la maison victor spécial grande taille ainsi qu’un ou deux autres magazines… ça me fait un peu mal de devoir renoncer à certains patrons, mais j’ai déjà pas mal à gérer dans ma vie en ce moment et si je veux que coudre reste un plaisir, mieux vaut eviter led prises de tête.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

vent de liberté: concord+zéphyr

Youpi, j’ai réussi à coudre quelque chose qui ne soit pas pour le projet garde robe capsule!

Il se trouve que j’aime beaucoup le tshirt Concord de Cashmerette. Le premier que j’ai cousu, gris à rayures roses, m’avait semblé fade et sans grand intérêt juste après l’avoir fini… mais maintenant c’est, et de très loin, l’un de mes hauts préférés, porté presque toutes les semaines. A côté de ça, j’aime aussi beaucoup la robe zéphyr, confortable et jolie, mais tragiquement sans manches. Je sais que plusieurs personnes sur le net ont juste rajouté à Zéphyr les manches d’autres patrons D&D, mais bon, je me dis que autant utiliser directement un haut d’un autre patron qui me va super bien, et y rajouter la jupe de zéphyr…

Pour faire encore plus plaisir, j’ai rajouté dans le mix un joli jersey. A la base je voulais en faire une moneta mais au final je n’aime pas tellement cette robe, et je porte assez peu la mienne, pourtant réalisée dans un tissus qui me plait… donc finalement, j’ai préféré l’utiliser pour cette tentative de robe combo et c’est sans regret.

Au final, ça a été très rapide à coudre. Je crois qu’en une journée+une soirée pour l’ourlet, l’affaire était réglée (mais il faut bien dire que je procrastinais à fond le rangement de mon appartement, donc ça a aidé 😀 ). Mon mixage des deux patrons n’est pas 100% parfait (je devrais agrandir encore un peu le tour de taille de la jupe) mais le résultat me plait tout de même plutôt bien.

Comme ce jersey de tissus-price n’avait pas l’air super stable (j’avais accidentellement coupé deux bandes d’encolure, j’ai voulu tirer un bon coup sur l’une pour tester la qualité, et… elle n’a jamais repris sa forme), j’ai rajouté de l’élastique aux épaules et à la taille. Même comme ça, je ne suis pas sûre que la robe vive très longtemps… On verra ce qu’il en sera après un ou deux lavages. Pas grave, elle est au moins super confortable, et au pire elle me servira à trainer à la maison! Et je compte bien en refaire d’autres sur le même modèle, surtout que ça a confirmé que j’adore cette longueur de manche qui s’arrête au coude, parfait pour moi qui ait facilement trop chaud mais ne sent pas toujours le froid.

Une réussite donc, alors on peut s’attendre à des variations!

Fait du 46 ou casse toi

Petit coup de gueule à l’intention des créateurs de patrons indépendants en francophonie: Et sinon, c’est quand que vous pensez offrir quelque chose au-dela du 46?

A vu de nez, je vais du 50/52 en taille “couture”. Je dis à vu de nez, parce que franchement, je n’ai pas croisé beaucoup de marques françaises qui montent aussi haut dans les tailles, et donc il s’agit d’une pure spéculation de ma part. Mes rares achats prêts à porter ce sont faits selon le système américain et m’ont placé entre XL et XXL. Même avec mon 1m70 pour 100kg, autant vous dire que je ne suis pas un brindille.

Et je ne me sens pas très bienvenue dans le monde de la couture francophone, ou clairement les créateurs indés ont mieux à faire que de s’occuper des grosses.

A chaque fois que je tombe sur une nouvelle marque de patron, c’est la même déception. Tout s’arrête au 46, parfois au 44. Si un modèle me plait, je dois immédiatement me demander si le coup de coeur est assez fort pour aller me prendre la tête à tout agrandir.

Le problème est un peu moins marqué avec les magazines (qui ne sont généralement pas français, d’ailleurs). Tout de même les modèles normaux de Burda s’arrêtent souvent au 44, et franchement les modèles grande tailles sont généralement peu affriolants. J’ai pu voir de jolies choses dans La Maison Victor qui a même fait un hors série reprenant d’ancien modèles en grandes tailles, et les magazines adultes de Ottobre ont de jolies choses avec un large éventail de tailles.

Alors quoi, je suis supposée me contenter de deux magazines et demi? (trois en comptant les publications irrégulières de Simplicity?) Je ne peux pas craquer aussi sur ces supers jolis modèles de patrons indés que tout le reste de la blogo est en train de réaliser? Du haut de mon 52, suis-je condamnée, ici aussi, aux rectangles moches et sans formes qu’on veut bien réserver aux grandes tailles, juste comme dans les magasins de vêtements? Un thème qui revient souvent sur les blogs coutures, c’est cette liberté de contrôler son style lorsqu’on commence à réaliser ses propres vêtements, la possibilité de s’affranchir du chaotique système de tailles de la grande distribution…

Oui.

A condition de ne pas faire plus d’un 46.

Je pourrais perdre du poids, pour arriver à ce 104-86-102 ou équivalent. Je ne veux pas. Les régimes c’est un piège pour la santé, et toutes les études montrent que le poids perdu fini par être repris. De plus je cumule plusieurs problèmes de santé qui compliquent les choses. Depuis presque un an, manger des légumes me rend malade, parfois assez violemment, et certains médicaments que je prends pour un autre problème m’ont fait prendre beaucoup de poids. Je ne pense pas refaire un jour du 46. Et généralement, je m’en fous un peu. Je suis bien dans ma peau… jusqu’à ce qu’on me rappelle que je ne devrais pas l’être. Et c’est un peu l’impression que ça me fait de voir cette taille maximum de 46 sur les patrons.

Oui, j’arrive à agrandir les patrons qui me plaisent, avec plus ou moins de succès. Parce que j’ai commencé par des patrons qui laissaient le droit à l’erreur (jupe élastiquée, jersey), parce que j’ai la chance d’être très à l’aise en anglais et donc que j’ai pu trouver des ressources sur des sites américains, parce que je suis têtue et que j’ai aussi, surtout, eu besoin de me faire des vêtements à un moment ou je ne trouvais littéralement rien qui m’aille en magasin après ma prise de poids, quand je ne rentrai plus dans rien chez moi.

Mais je pense aux filles qui n’ont pas autant de chance. Celles qui auront voulu commencer avec un modèle non élastique, celle dont les compétences linguistiques ne sont pas assez développées, celles qui auront vu ce fameux 46 final et se seront détournées, pensant que la couture n’était juste pas pour elles. Et ça me fâche. Beaucoup.

(je sais que les patrons grandes tailles demandent un gros travail supplémentaire pour le patronage)(je sais que les créateurs ont peur de faire ces efforts et dépenses pour rien, que le public ne soit pas au rendez vous)(je vois aussi qu’ils n’ont pas l’air de poser la questions à leur cliente, que les quelques questionnaires que j’ai vu passer portaient souvent sur la question des pdf, mais pas sur l’éventail de tailles)

Bref, c’était mon coup de gueule du jour. Je suis fatiguée en ce moment, de nouveau malade parce que mon dernier traitement n’a pas marché, un grand rangement de mon appartement m’attends… et pour le challenge garde robe, je vais devoir adapter le Safran de Deer and Doe à mes mensurations, ce qui promet de ne pas être terriblement fun, mais c’est ça ou retourner vers le prêt à porter… et ça, ce n’est pas vraiment une option maintenant.

Janvier: Brume hivernale [garde robe capsule 2017]

Beh, c’pas du tout une jupe Chardon ça!

Bon, vous noterez tout de même que 1) c’est bien une jupe et 2) on reste chez Deer and Doe, donc voilà, je me suis écarté du chemin initial, mais pas tant que ça non plus.

Cette jupe a été coupée fin décembre, et cousue le premier janvier. C’est donc ma toute première cousette de l’année… sur seulement deux jusqu’à ce jour, mais qu’est ce qu’elle a été rentabilisée!

D’ailleurs, j’avais peur que ce ponte Milano de UK Fabrics Online ne soit pas assez élastique pour le modèle. Mais au final, je me suis retrouvé avec une jupe un peu grande… Je pense qu’il faut que je revois ma manière d’agrandir les patrons, ça m’arrive quand même souvent. D’un autre côté c’est plus facile à gérer que l’inverse, alors…

Du coup, l’histoire de cette jupe. Avant la couture, je n’aurai jamais mis une jupe crayon. Mais alors jamais. En fait, je crois que c’est la première de ma vie! Mais j’ai craqué sur l’allure de la Brume, et j’ai vu qu’elle pouvait aller à différentes morphologies alors j’ai voulu me lancer.

Les tissus sont un ponte de UK Fabrics Online et pour l’empiecement dos, un Jersey de chez tissus.net; tous deux étaient prévus pour autre chose… Le premier pour une robe Washington de cashmerette, le second pour une Winona de seamwork. D’ailleurs, j’avais peur que ce ponte Milano ne soit pas assez élastique pour le modèle. Mais au final, je me suis retrouvé avec une jupe un peu grande… Je pense qu’il faut que je revois ma manière d’agrandir les patrons, ça m’arrive quand même souvent. D’un autre côté c’est plus facile à gérer que l’inverse, alors…

Couper le tissu a été l’affaire d’une soirée, et coudre la jupe m’a pris mon après-midi, même avec quelques galères de machine et en essayant d’aller doucement pour faire ça bien! Je suis vraiment impressionné par la vitesse de couture de cette jupe, et j’imagine qu’avec une surjetteuse, ça doit aller encore plus vite.

Le patron est vraiment bien fait, tout s’emboîte parfaitement, un vrai plaisir à coudre! ça a été vraiment très agréable de réaliser cette jupe pour commencer l’année, sans prise de tête (hormi ma machine, hum hum), j’ai adoré, et j’aimerai en refaire une à l’occasion.

 

 

Pour les problèmes machine, donc: madame Brother n’aime pas les tissus un peu épais. En tout  cas, pas en jersey. Ce n’est pas la première fois que j’ai des soucis avec des tissus type ponte milano. Ma robe Washington a été un enfer, ma Zéphyr bleue aussi, et maintenant cette jupe… Je me rends compte que je n’ai pas ce problèmes avec d’autres tissus (j’ai cousu une robe récemment, en jersey moins épais, et je n’ai pas eu de soucis). C’est un peu frustrant, surtout quand dans le cadre du projet garde-robe j’ai tout de même une ou deux réalisation qui auront des épaisseurs… on verra bien.

Bon, et à porter alors? A porter c’est du rêve! Je me sens super bien dedans, je trouve que ça donne un petit goût d’élégance à n’importe quelle tenue (surtout depuis que j’ai trouvé des collants qui me vont, merci Bonprix!) tout en étant super confortable. Pas mal de blogs coutures parlent de ces fameux vêtements qui sont des pyjamas secrets, et j’étais un peu sceptique, mais… maintenant, j’y crois! Je suis tellement bien dans cette jupe, je ne veux simplement plus la quitter. C’est pour cette raison qu’elle est finalement devenue “la” jupe de la garde robe capsule: facile à porter, facile à associer, on ne fait pas plus capsule que ça.

Patron: Brume Deer and Doe, taille 46 agrandie

modifications: agrandie à ma taille, et j’ai utilisé un tissu beaucoup plus élastique pour l’empiècement dos, histoire que tout rentre. Au final, j’ai du reprendre un peu les côtés. On m’a fait la remarque irl que je semble avoir perdu du poids (j’ai des doutes) donc il va falloir que je reprenne mes mesures au cas où…

à refaire? Oui, probablement, si je trouve un tissu qui me va, et si j’ai le courage d’affronter ma machine. Je trouve que cette jupe a une allure de bon basique qui va avec tout et me plait énormément, même si c’est dur de prendre en photo du noir…

 

 

 

Je couds ma garde robe 2017

C’est un peu l’idée coup de coeur pour 2017, proposée par Clopiano: coudre sa garde robe à raison d’un vêtement par mois tout au long de l’année. Le projet me plait, autant pour les obligations qu’il pose (un vêtement par mois, avec des catégories précises) que pour la liberté autorisée (on peut jouer sur ces catégories si elles ne plaisent pas). Justement, je sais qu’il y a des trous dans ma garde robe. Et je sais aussi que certaines catégories de vêtements, certains détails, me font peur à coudre, mais que je ne progresserai jamais si je n’ose pas m’y lancer… et je veux m’améliorer!

Voilà donc, en gros, un premier jet de mon programme:

dd-chardon-janvier

Janvier – Chardon, Deer and Doe. Un patron simple et que je connais déjà pour commencer. J’ai même déjà choisi le tissu, un coton noir avec des broderies jaunes.

dd-safran-fevrier

Février – Safran, Deer and Doe. ça sera mon premier vrai pantalon, ouais! l’objectif est d’avoir une toile portable. Ou au moins juste une toile, en fait…

dd-lupin-mars

Mars – Lupin, Deer and Doe. Je n’ai pas encore de tissu pour celui là, mais je veux une veste noire, entre autre parce que j’ai besoin de vêtements plus “neutres” pour aller avec certaines de mes réalisations plus colorées…

Avril – 121A, Burda janvier 2017. Regardez cette jolie nuisette, en grande taille… on va se faire plaisir avec ça je pense! (et si j’ai le temps/l’énergie, le magazine a aussi un chouette short, grande taille aussi, qui sera super pour dormir…)

ca-concorde-mai

Mai – Concorde, Cashmerette. Je ne suis finalement pas très branchée par la confection de t-shirt, parce qu’en général j’en porte des soit très simple (et donc plus facile à acheter qu’à faire), soit avec un message imprimé (souvent de chez qwertee…) mais peut être que j’arriverai à trouver un imprimé qui me plait?

bt-maillot-juin

Juin – B4526, Butterick. J’ai le patron, j’ai le tissu, parce que j’aurai du le coudre cette année… mais entre ma santé vacillante et la trouille de me rater, je n’ai jamais osé couper dedans. En 2017, j’y arriverai!

bs-overall-juillet

Juillet – je tenterai ma chance avec un patron de salopette de chez Bootstrap (site qui permet d’obtenir un patron exactement à ses mesures). J’aimais bien les salopettes enfants, et je pense que ça sera plus facile à vivre au quotidien qu’une combinaison.

hc-winslow-aout

Aout – Winslow, Helen’s closet. Hmm est-ce que c’est de la triche? Mais une jupe culotte ça peut compter comme un short, non? Surtout dans les variations plus courtes…

ca-springfield-septembre

Septembre – Springfield, Cashmerette. J’aimerai bien tenter quelque chose un peu fun avec ce haut pour base. On verra…

ca-harrison-octobre

Octobre – Harrison, Cashmerette. Manches longues ou manches courtes? J’ai des appréhensions sur la couture de manches, j’ai du mal à gérer le surplus de tissu… le choix du patron dépendra donc de mon énergie. Si je suis en forme, ça sera une chemise Harrison de Cashmerette, avec tous ses petits détails et ses manches longues pour me forcer à surmonter cette peur. Sinon, ça sera une Mélilot de Deer and Doe avec manches courtes, en allant au plus simple

Novembre – Saffron, Ottobre. Un peu flou là. J’ai repéré un modèle qui me plait assez dans un vieux numéro d’Ottobre… on risque de partir sur ça. Sinon il y en a un sympa dans le Maison Victor janvier/février 2017

dd-zephyr-decembre

Décembre – Zéphyr, Deer and Doe. J’ai lancé une idée un peu au hasard, mais ça risque de changer d’ici là. J’ai quelques patrons de robes en ma possession qui me plaisent, et il risque d’en sortir d’autres au cours de l’année… on verra bien! Cela dit, j’aime beaucoup ce modèle donc on restera peut être dessus quand même.

 

Tout ça est sujet à changements. Entre mon travail qui me prend ma mal d’énergie, et ma santé qui reste assez hasardeuse, ça n’est pas toujours facile d’arriver à coudre…

Je veux aussi essayer, dans la mesure du possible, d’utiliser autant que possible des patrons et tissus déjà en ma possession. D’une part parce que j’ai eu beaucoup de gros craquages en 2016 qu’il faut maintenant rentabiliser. D’autre part, parce que c’est plus simple que d’en chercher des nouveaux.

Au passage, est-ce que ça se voit que j’adore les modèles Deer and Doe, ainsi que ceux de Cashmerette? Dans le premier cas c’est une question d’esthétique surtoute, dans le second, c’est un peu ma paresse qui apprécie de ne pas passer des heures à agrandir les patrons…

Après, j’ai aussi d’autres envie couture bien sûr… mais déjà, si j’arrive juste à tenir le rythme dans ce défi, et à progresser un peu, ça sera super!