Au soleil – Arsène, Chez Machine

Suite à mon petit coup de gueule sur les éventails de taille chez les indés, j’ai été contactée par Chez Machine pour tester des patrons de leur nouvelle collection. Et donc… voilà la première partie de ce test. J’ai reçu ce patron et un autre pour le test, mais je donne mon avis sincère 😉

Pour rappel, un de mes principaux problèmes avec Chez Machine était le fait que certains patrons ne soient pas disponibles dans les plus grandes tailles. Je n’ai pas dû être la seule personne que ça génait, car les choses ont changé pour cette nouvelle collection, et désormais tous les modèles devraient être disponible dans toute les tailles. Et pour se faire une idée de leurs modèles, Chez Machine propose des patrons gratuits, dont le tout nouveau Arsène que vous avez peut être vu passer sur Instagram… et dont je vais maintenant parler.

Arsène est un t-shirt à la coupe loose, prévu pour un jersey assez fluide si l’ont veut avoir un joli tombé. C’est un modèle conçu pour être simple à coudre (il l’est) et qui peut facilement être modifié (certaines des testeuses ont déjà eu le temps de faire des modifications, et même de le coudre en chaine et trame). Il est aussi assez peu gourmand en tissu: la taille 50, que j’ai réalisé, ne demande que 1m50 de tissu. On monte à 1m80 pour les tailles au dessus, et on tombe à juste 1m en dessous de la taille 50… pas mal pour utiliser des chutes je pense!

Ce n’est pas un vêtement que j’aurai acheté je pense, et sans le test je n’aurai peut être même pas téléchargé ce modèle, car j’ai un patron de t-shirt qui marche bien pour moi de chez Cashmerette… mais au final, je ne regrette absolument pas d’avoir cousu Arsène! Il a été déjà beaucoup porté au travail et à la maison, car il peut accompagner aussi bien mes jupes qu’un jean, et si la coupe loose n’est pas quelque chose qui m’aurait forcément attiré à la base, j’aime tout de même son grand confort.

Mais parlons patron. Arsène est donc un modèle à télécharger qui va du 34 au 56, donc plutôt joli comme éventail de taille. Il est au format pdf, à imprimer… et pour moi il y a eu une mauvaise surprise, mais c’était de ma faute pour ne pas avoir bien lu les instructions. Chez Machine a prit le parti de proposer des patrons où l’assemblage ne nécessite aucune découpe. On scotche directement les pages les unes a côté des autres. Sauf que la majorité des imprimantes personnelles ont des marges où l’impression ne se fait pas. Donc il peut y avoir une perte d’information. Après, Chez Machine semble bien gérer ça, et s’arranger pour que rien de trop important ne tombe dans ces zones dangereuses. Tout de même, je crois que je préfère les pdf à découpage pour l’instant, et même s’ils prennent plus de temps à assembler, je pense qu’au final ils permettent plus d’exactitude.

Au niveau de la réalisation pour Arsène, je n’ai pas eu de problème. J’ai juste été étonnée que la toute première étape soit celle de l’ourlet du bas (je pense que c’est parce qu’en raison de l’arrondi, ça serait plus difficile à gérer à la fin du montage). Au final, en proie à une flemme terrible, je n’ai pas fait d’ourlet parce que ça n’était pas la partie du test qui m’intéressait le plus. Bouh ! Je sais que j’aurai dû être plus rigoureuse, et j’ai tenté de l’être sur l’autre test. Tester un patron c’est intéressant, mais je pense que c’est aussi une certaine responsabilité, puisque le but est d’aider le créateur à pouvoir sortir le meilleur patron possible…

Bref, pas grand chose à dire sur ce patron. Il s’est cousu rapidement et sans problème (je commence à mieux maîtriser ma machine sur du jersey je crois). L’encolure, et surtout la profondeur de décolleté sont trop grandes à mon goût, mais je pense que c’est une question de goût justement et non un problème avec le patron. Je ne suis pas fan des décolletés trop plongeant, ma poitrine n’est pas quelque chose que j’aime trop mettre en valeur. Comme en plus le tissu utilisé est assez glissant (polyester/viscose, de mémoire), jusqu’ici j’ai tendance à porter un peu en arrière mon Arsène et du coup, ça donne un “high-low” sur le bas du t-shirt… et j’aime bien ça, mais il faut que je fasse attention car sur une taille basse, je risque vite de montrer mon bidon. Je pense que le prochain sera rallongé au moins sur l’avant, et que je modifierai le décolleté pour mieux correspondre à mes préférences.

Récapitulatif:

Patron: T-shirt Arsène, T50

Modification: /

A refaire: très certainement, avec juste quelques modifications pour mieux correspondre à mes préférences

c’est le printemps – Hoya, Deer and Doe

Noël en mars, vous connaissez ? Franchement c’est l’effet que m’a fait la sortie de la nouvelle collection Deer & Doe. Les pdf, je m’y attendais, comme je pense toutes les personnes qui avaient reçu le sondage de DD il y a quelques temps. Non, pour moi, la vraie surprise, c’est l’agrandissement de la gamme de tailles. Moi qui venait juste de renoncer à cette marque que j’aime beaucoup, voilà que désormais je peux tenter de coudre leurs modèles sans passer des heures a les agrandir !

Les grandes tailles de D&D n’étant disponible qu’en pdf (je pense pour que tout continue de tenir sur un seul feuillet en version papier) c’est donc sous ce format que j’ai acheté le patron. Pas de soucis particuliers lors de l’assemblage, j’aime bien le fait que l’on ai le choix entre découper ou assembler façon tuile, je pense que tout le monde peut y trouver son compte. En ce qui me concerne j’ai choisi la première solution, et ensuite j’ai découpé le patron en taille 52, qui est désormais la plus grande proposée par la marque et qui correspond à peu près à mes mensurations.

Je n’ai pas vraiment rencontré de problèmes en terme de couture sur cette blouse. Ma seule remarque sera que j’ai vu des gens sur IG se demander pourquoi il n’était pas proposé de faire des coutures anglaises, et je me pose aussi la question. Ce modèle demande un tissu assez fin et fluide pour avoir un joli tombé, j’aurai cru que c’était le genre de situation qui pouvait tout particulièrement appeler des coutures anglaises. Après, pas sûr que j’en aurai fait de toute façon… c’est un truc que je n’ai encore jamais tenté. Il faut croire que ça me fait un peu peur… il va donc falloir que je me force à oser.

Si vous êtes sur Instagram, vous aurez surement aussi remarqué que plusieurs personnes ont eu du mal avec le décolleté très (trop!) plongeant, et je rejoins hélas leur rang. En l’état, la blouse n’aurai juste pas été compatible pour le boulot… ni pour le reste de ma vie d’ailleurs. J’ai donc corrigé ça à l’arrache, avec quelques points presque invisibles pour que tout reste fermé à un niveau qui me convienne. Entre temps, Deer and Doe a proposé sur le blog un tutorial pour diminuer cette profondeur et comme ça a l’air plus clean que ma façon de faire, je pense que je tenterai la prochaine fois (sur la photos les points se voient peu, mais je trouve qu’en vrai ils ressortent un peu selon la lumière)

Car prochaine fois il y aura, c’est certain! J’ai aimé coudre cette blouse (malgré une ou deux erreurs de ma part, comme me tromper en assemblant les pièces de l’avant et devoir tout défaire… deux fois). J’aime aussi la doublure sur l’avant qui permet de jouer sur la transparence (mon tissu principal est très fin, vu de devant ça passe pour le boulot, vu de derrière on peut deviner le soutien gorge s’il est sombre, et j’aime assez, à ma grande surprise). La doublure permet aussi d’avoir un col contrastant, et je trouve que ce contraste fait tout le charme de ce modèle. Aucune des version unies que j’ai vu ne m’a tapé dans l’oeil, mais j’ai adoré toutes les versions avec col d’une autre couleur!

Récapitulatif:

Patron: Blouse Hoya, Deer and Doe T52

Modification: diminution de la profondeur de décolleté

A refaire: définitivement. Goji, le short/jupe de la nouvelle collection est aussi sur ma liste!

Mars: des épices dans l’air; Canelle – Christelle Couds

Voici donc mon projet pour mars, qui est aussi ma seconde réalisation pour mon projet grande taille: le gilet Canelle version B de Christelle Beneytout.

Bon, commençons par le commencement: j’ai détesté assemblé ce patron. Les marques pour l’assemblage sont  minimales et pour ne rien aider, le trait pour le découpage a été mangé par mon imprimante. Je ne dis pas que c’est du coup impossible à assembler, puisque j’ai réussi, mais c’est carrément chiant, surtout juste après l’expérience de rêve de l’assemblage du patron 1001 perles.

J’ai aussi eu quelques froncements de sourcils en regardant le patron lui même. Je ne prétends à aucune expertise, mais ça m’a un peu étonné de voir une telle différence de courbe d’emmanchure entre le 32 et le 52… et j’ai été tout aussi étonnée qu’il n’y ait aucun repère de couture pour les manches et l’emmanchure. Peut-être a-t-il été jugé que puisque c’est un patron pour de la maille, il n’y avait pas besoin de trop d’indications pour l’assemblage? Bref, autant le dire, je ne partais pas avec un super à priori.

Mais bon, pour tout ce que je râle, au final, il me plait ce gilet. C’est simple, dès que les manches ont été refermées (avec une grande attention aux rayures car je n’en avais jamais cousu), je n’avais qu’une envie: le porter. Je me suis quand même forcée à ne pas le finir ce soir là, parce que 1) il me plaisait trop pour vouloir risquer de faire n’importe quoi 2) de toute façon, vu que mon tissu est fin, j’ai le temps avant de le porter.

Au niveau de la réalisation, ça a vraiment été très facile. J’ai juste eu des problèmes aux épaules parce que j’avais choisi un élastique qui n’était pas adapté, mais on me l’a signalé sur IG et après avoir changé ça, tout s’est fait tout seul. Un super petit projet pour soirées tranquilles, ça a vraiment été du plaisir. Au final, je n’ai d’ailleurs pas beaucoup regardé les instructions, sauf sur certains points que je n’avais jamais fait avant/les détails spécifiques à ce patron (en gros, tout ce qui touchait au col et son ourlet roulotté).

A noter sur l’ourlet roulotté à la machine à coudre: c’est long à faire, et c’est chiant. ça marche hein, mais j’ai trouvé ça long et chiant. L’effet “laitue” est accidentel, et quelque chose que je ne voulais absolument pas… mais au final, je trouve le résultat plutôt sympa, donc je ne peux pas me plaindre. Par contre j’ai encore eu des problèmes de canette et une partie de l’ourlet des manches s’est défait pour cause de fil trop lâche… Pourtant je commence a mieux comprendre comment faire coudre du jersey à ma capricieuse machine, donc ça a été mon seul vrai problème. Un jour, je vaincrai !

On m’avait prévenu que les manches pouvaient être un peu juste. C’est possible, mais pour un gilet printemps/été que je porte sur des manches courtes, ça ne me gène pas. Par contre, si je veux me faire une version plus chaude, peut être que j’élargirai les manches. On verra déjà ce que va donner celui-ci à l’usage, surtout qu’au final je porte surtout des hauts à manches courtes même en hiver. Une modif certaine en revanche: le prochain aura probablement des poches.
Pour cette version d’essai je voulais tout garder aussi simple et proche du modèle d’origine que possible, mais ça sent encore le bon patron basique qui peut se transformer de mille façons, et ça me plait!

Photoshoot où je fais ma star:

(non mais franchement on dirait pas que je m’éloigne d’une explosion que je suis trop cool pour regarder? Moi je trouve que oui B) )

Récapitulatif:

Patron: Gilet Canelle T50, Christelle Beynetout

Modification: aucune

A refaire: Oui, avec un tissu un peu plus épais pour tenter la version A, et si possible avec des poches, parce que dans ma vie, j’ai besoin de poches. Et peut être une autre version B pour aller avec mes hauts à rayures/motifs sans risque de clasher.

On se retrouve en avril pour un ensemble nuisette+short de chez Burda pour la lingerie!

PS: Deer and Doe a sorti sa nouvelle collection, avec maintenant des pdf jusqu’au 52! Du coup, j’ajoute la blouse Hoya à mon projet grande taille.

étoiles dans la nuit- 1001 perles, Ivanne S

Bon, c’est parti pour ma première réalisation pour le projet grande taille! J’ai donc choici de commencer par la version A de la jupe 1001 perles de Ivanne S. dont j’avais lu pas mal de bien sur la blogo.

D’abord, première chose à noter c’est qu’assembler le patron pdf a été du pur bonheur. Les pièces de patrons sont arrangées de façon à ce qu’elles tiennent ensemble sur plusieurs rectangles, au lieu d’être forcé d’assemble ensemble sur une même surface la totalité du patron. Franchement, c’était très agréable du coup de tout assembler, pas besoin de m’étaler dans tout le salon… top!

En dehors du patron, le dossier contient plusieurs fichiers. L’un d’eux concerne les instructions qui sont très, très fournies… voire peut être trop. A deux reprises, j’ai eu des problèmes à trouver les informations qu’il me fallait. La première fois a été pour le montage des poches, et la seconde pour le montage de la ceinture (où j’ai juste improvisé à ma sauce au final). Deux fois sur un modèle plutôt simple, c’est pas top… mais après, je pense que le problème vient en partie de moi. J’ai toujours plus de mal à me concentrer quand je lis sur un écran d’une part, et aussi j’ai tendance à lire les choses “en diagonale” ce qui évidemment ne marche pas toujours lorsqu’il s’agit d’instructions. Par dessus le marché, la semaine passée à été un peu intense au boulot, donc mes capacités de concentrations s’en sont trouvées réduites… Donc j’accorde le bénéfice du doute surtout que de toute façon, je pense ne pas m’en être trop mal tirée!

Et puis, je ne vais pas me plaindre que tout soit très expliqué! Je commence à avoir assez de bouteille pour que la version A, même avec poche, ne me pose pas de problème, mais je sais qu’une débutante totale serait bien contente d’être autant guidée! Je pense juste que, parfois, la quantité de texte sur la page peut rendre ça un peu moins lisible.

Sinon, en dehors de ça, je n’ai eu aucun réel problème pour coudre cette jupe. C’était ma première fois avec un patron sans marge de couture, et même si je sais qu’il faudra que je fasse plus attention en ajoutant les marges la prochaine fois (elle n’étaient pas régulières), tout s’est bien passé. Après le temps passé sur mon safran, c’est vraiment agréable d’avoir un projet aussi rapide! En l’espace de quelques soirées sur une semaine, tout a été fait de l’impression du patron à l’ourlet final. Comme en plus ça a été une semaine assez intense au boulot, j’ai vraiment beaucoup apprécié de travailler sur ce projet tout simple.

(ça ne se voit pas trop parce que la jupe a été portée dès qu’elle a quitté la machine à coudre, mais c’est l’ourlet le plus beau et le plus régulier de ma courte carrière, et je l’aime d’amour)

Quelques photos portées, avec moi qui fait l’idiote parce que je suis plus à l’aise comme ça que sur une photo sérieuse:

Je crois que c’est la jupe la plus courte que j’ai (voire même que j’ai jamais eu) mais au final, je suis à l’aise dedans. Je n’ai pas ma peur habituelle de dévoiler mon derrière, je peux bouger et marcher sans problème… c’est le bonheur. Franchement, cette petite jupe toute simple et toute rapide est une super piqûre de rappel sur ce qui m’a poussé à tenter la couture: avoir des vêtements qui me vont et qui me plaisent.

Récapitulatif:

Patron: jupe 1001 perles, Ivanne S.

Modification: aucune! /o/

A refaire: Oh que oui! Je veux tenter les versions à plis, et la version boutonnée aussi! Et peut-être aussi des variations de la version A! C’est un patron simple mais avec un énorme potentiel de customisation, et j’aime ça!

Du coup, pour le prochain projet de mon challenge grande taille: soit le gilet Canelle de Christelle Couds (qui du coup va remplacer le lupin dans ma garde robe capsule) soit la blouse Gloria de Les Fusettes, on va voir!

Projet grande taille

Bon, c’est bien joli de pousser un coup de gueule, mais ça ne me suffit pas.

Suite à cet article où je grognais contre les patrons indé français qui s’arrêtent au 46, laissant ainsi de côté pas mal de couturières, il s’est passé deux choses:

  1. J’ai eu la confirmation que beaucoup d’autres étaient touchées par ce problème, et qu’elles partagent ma frustration
  2. On m’a signalé des marques de patrons indépendantes françaises qui, elles, étendent leur gamme de taille au-delà de ce fameux 46 (et aussi des “grandes” marques d’ailleurs!)

Et donc il m’est venu une idée: je veux tester toutes ces marques, et bloguer dessus histoire d’y ajouter mon petit bout de visibilité en taille 50. Je dois avoir que je n’ai pas forcément eu d’énormes coup de coeurs (enfin, deux, si, mais dont un qui s’arrêtait avant ma taille, ahah!) mais d’un autre côté, je suis toujours en recherche de “mon” style, toujours à me demander ce qui me va ou pas… donc ça va être l’occasion de prendre quelques risques et de tenter des silhouettes vers lesquels je ne me serai pas forcément dirigée autrement!

Et donc, voici ma liste de projets, que je vais essayer quand c’est possible de faire entrer dans la garde robe capsule, histoire de faire d’une pierre deux coups.

  • Jupe 1001 perles, Ivanne S. jupe taille 32-54. Le patron est déjà imprimé et assemblé, le tissu est coupé, donc c’est parti roule ma poule!
  • Lorelei, Urban Fairy, robe taille 36-52. Pas encore acheté le patron, et de base ce n’est pas forcément une robe qui m’emballe, mais je veux profiter aussi de ce projet grande taille pour parfois tenter de nouvelles choses… et puis franchement, les autres patrons me plaisent encore moins.
  • Gloria, Les Fusettes, robe/blouse taille 34-52. Le patron est acheté et assemblé, il faut juste que je me décide sur un tissu
  • Clarisse, Chez Machine, robe taille 34-44 et 46-56. Bon alors celle là, franchement, elle va passer au bas de ma to-do list en fait. Parce que 19€ le patron, désolé mais ça me fait juste méga-mal au porte-monnaie! En plus, LE modèle de chez eux qui me plait, la jupe rose s’arrête au 48… et moi je fais du 50. Bref, pas un bon départ entre nous!
  • Colibri, Eglantine et Zoé, blouse taille 34-46 et 48-56. J’aime bien la forme et les manches… mais la marque perd de gros points love chez moi du fait que seul deux de ses patrons soient au dessus du 46…
  • Canelle, Christelle Coud, haut taille 32-44 et 42-52.J’ai un tissu maille à rayure qui pourra peut être donner quelque chose de sympa avec ce patron? Et puis, ça pourrait être ma veste pour la garde robe capsule.

La liste est tristement courte,… D’un autre côté, pour l’instant je limite ce projet aux marques françaises indépendantes qui vont jusqu’à ma taille de 50-52 (donc exit les magazines, et les patrons anglophones!). J’espère découvrir d’autres marques (n’hésitez pas à m’en proposer!) ou que des marques existantes agrandissent leur gamme… on peut espérer!

février: Safran, Deer and Doe

Il y a visiblement un côté très flippant à coudre des pantalons, et je pensais au debut que c’était un aspect technique. C’est vrai qu’un pantalon, surtout un jean, nécessite certaines techniques qui peuvent impressionner lorsqu’on n’a pas encore beaucoup cousu. Mais après mon expérience Safran, je me rends compte que le plus dur dans cette histoire c’est peut être plutôt les ajustements. Et alors, autant la partie technique couture pure ne s’est pas trop mal passée, autant je sens que tout reste à faire sur les ajustements.

Pour le contexte, j’ai de mauvaises expériences avec le prêt à porter au niveau des pantalons. ça fait un bail que je n’y ai pas trouvé un jean qui m’aille, sauf à regarder au rayon homme… et à ne pas être trop difficile sur le tombé. En gros, les jeans, si mes hanches et mon derrière passent, ça va être trop grand à la taille (et probablement trop long aussi). Bref, quand j’ai un jean qui me va, souvent je n’ai que lui, et je le porte jusqu’à ce qu’il rende l’âme. Je sais que ça n’est pas le cas de tout le monde, et je sais que je suis donc plus “relax” que certaines sur le tombé de mes pantalons.

D’ailleurs, à y réfléchir, un des trucs qui m’a vraiment “lancé” en couture, c’est le pantalon Moji de Seamwork. J’en ai fait deux l’été passé, et si le premier, un peu court, attend le retour des beaux jours, l’autre est devenu ZE pantalon de ma vie quotidienne, porté presque tous les jours (c’est simple, à part ces deux là, je n’ai aucun pantalon maintenant…)

Bref, parlonscouture. J’ai trouvé les instructions du livret très claires, comme douvent chez Deer and Doe, et tout cest bien passé,  même la braguette. Je m’en suis fait tout un monde de cette braguette, je vous jure! J’ai généralement du mal avec les fermetures éclair, donc la braguette hein… mais en fait, ça s’est fait très simplement! J’ai juste pris quelques minutes à comprendre les instructions du livret (les illustrations aident bien), et ensuite tout est allé tout seul, un vrai bonheur.


Comme toujours, j’ai dû agrandir le patron. Cette fois, j’ai testé une nouvelle méthode: j’ai traité les pièces du patrons comme si elles n’avaient pas de marges de couture, et j’ai rajouté 1.5cm à ça. Pas super précis comme méthode, pas super pro non plus, mais je voulais tester si je pouvais trouver une méthode plus simple et rapide. Pas super convaincue par le résultat final, disons le bien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bon, et donc, comment il me va ce pantalon? Ben il me va… pas super bien, soyons très honnête. Comme toujours, je me retrouve avec un truc trop grand et je ne comprends pas pourquoi parce que je n’agrandis que de ce qu’il faut, et je reprends mes mesures avant chaque projet, surtout pour du DD où le problème est récurrent. Du coup, maintenant que j’ai pris les photos pour le blog, je vais m’amuser à défaire la ceinture, et tenter de la modifier pour qu’elle m’aille, puis je modifierai le pantalon à la taille (j’ai de toute façon une taille au moins de différence entre mes hanches et ma taille), et ensuite on verra. Et même comme ça, j’ai un peu porté ce pantalon, ne serait-ce que par fierté d’être arrivé au bout d’un projet qui m’avait tant fait peur!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais j’avoue être fatiguée de mes ratés chaque fois que j’agrandis un patron… je pense que je vais laisser Deer and Doe de côté pour un moment, même si j’adore vraiment leur patrons qui ont joué ungrand rôle dans mon envie initiale de couture. Grâce à mon coup de gueule il y a quelques temps, on m’a conseillé plusieurs marques qui, elles, vont jusqu’à ma taille, et puis j’ai ce numéro hs de la maison victor spécial grande taille ainsi qu’un ou deux autres magazines… ça me fait un peu mal de devoir renoncer à certains patrons, mais j’ai déjà pas mal à gérer dans ma vie en ce moment et si je veux que coudre reste un plaisir, mieux vaut eviter led prises de tête.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

vent de liberté: concord+zéphyr

Youpi, j’ai réussi à coudre quelque chose qui ne soit pas pour le projet garde robe capsule!

Il se trouve que j’aime beaucoup le tshirt Concord de Cashmerette. Le premier que j’ai cousu, gris à rayures roses, m’avait semblé fade et sans grand intérêt juste après l’avoir fini… mais maintenant c’est, et de très loin, l’un de mes hauts préférés, porté presque toutes les semaines. A côté de ça, j’aime aussi beaucoup la robe zéphyr, confortable et jolie, mais tragiquement sans manches. Je sais que plusieurs personnes sur le net ont juste rajouté à Zéphyr les manches d’autres patrons D&D, mais bon, je me dis que autant utiliser directement un haut d’un autre patron qui me va super bien, et y rajouter la jupe de zéphyr…

Pour faire encore plus plaisir, j’ai rajouté dans le mix un joli jersey. A la base je voulais en faire une moneta mais au final je n’aime pas tellement cette robe, et je porte assez peu la mienne, pourtant réalisée dans un tissus qui me plait… donc finalement, j’ai préféré l’utiliser pour cette tentative de robe combo et c’est sans regret.

Au final, ça a été très rapide à coudre. Je crois qu’en une journée+une soirée pour l’ourlet, l’affaire était réglée (mais il faut bien dire que je procrastinais à fond le rangement de mon appartement, donc ça a aidé 😀 ). Mon mixage des deux patrons n’est pas 100% parfait (je devrais agrandir encore un peu le tour de taille de la jupe) mais le résultat me plait tout de même plutôt bien.

Comme ce jersey de tissus-price n’avait pas l’air super stable (j’avais accidentellement coupé deux bandes d’encolure, j’ai voulu tirer un bon coup sur l’une pour tester la qualité, et… elle n’a jamais repris sa forme), j’ai rajouté de l’élastique aux épaules et à la taille. Même comme ça, je ne suis pas sûre que la robe vive très longtemps… On verra ce qu’il en sera après un ou deux lavages. Pas grave, elle est au moins super confortable, et au pire elle me servira à trainer à la maison! Et je compte bien en refaire d’autres sur le même modèle, surtout que ça a confirmé que j’adore cette longueur de manche qui s’arrête au coude, parfait pour moi qui ait facilement trop chaud mais ne sent pas toujours le froid.

Une réussite donc, alors on peut s’attendre à des variations!