L’histoire de la chemise en tissus moche – Bruyère, Deer and Doe

Pour faire mes toiles, j’achète des coupons de tissus que je trouve moche. Pourquoi ce critère? Parce que mon étagère est pleine de tissus “pour faire une toile” qui finalement m’ont trop plu et que j’ai mis de côté pour le jour où je m’en sentirai digne.

Le tissu pour tester ma bruyère, en revanche, j’ai trouvé ridicule dès le premier instant. Pour faire court, je trouve qu’il ressemble à une nappe. Parfait, aucun risque de me sentir mal si je me loupe! J’ai donc joyeusement coupé dedans, et assemblé la partie haute du corsage qui à mon gout tombe plutôt bien, tout va bien…

et là, c’est le drame. Mon tissu nappe devient soudain joli en prennant la forme de cette chemise. Trahison! Me voilà forcée de finir la chemise complète pour voir si vraiment, la version finale continuera de bien rendre…

Sauf que je m’y suis pris comme un pied, j’ai improvisé sur certain points (je n’ai pas franchement suivi l’ordre de construction du livret, oups…), j’ai un peu foiré au niveau du col… donc note à moi: le livret est là pour une raison! Et il faudrait que j’apprenne à avoir plus de soin pour les finitions je pense… je manque parfois de patience, et c’est dommage.

Mais j’ai de la chance il faut croire, parce que j’ai quand même fini avec une plutôt jolie chemise… ma première! En tout cas, elle a été mise plusieurs fois sur les derniers beaux jours, et risque de ressortir cet automne sur un tshirt.

Par facilité j’ai utilisé des boutons à clipser plutôt qu’une boutonnière (ça me fait tellement peur, et utiliser une pince et des boutons clips est tellement facile…)

 

Tiens, et sinon: quelqu’un saurait me dire pourquoi l’empiecement dos d’une chemise est quasi toujours doublé?

Patron: Bruyère de Deer&Doe (taille 46 élargie jusqu’à un bon 50 voire 52)

tissus: coupons de saint pierre à 5€ les trois mètres

et les raptors furent – Moneta, colette (+impressions sur sproutpattern)

 

Ami lecteur si toi aussi tu as une santé de merde, tape m’en cinq et compatis sur mon manque de couture depuis un bon mois /o/

Pourtant, ce n’est pas par manque d’envie. J’avais coupé le patron d’un maillot de bain (qui finalement attendra que j’ai plus confiance en mes capacités), et j’avais réussi à couper les pièces pour une fumeterre, mais à part le rabas des poches et le thermocollant apposé, tout ça a stagné un bon moment… Pas l’énergie le soir après le boulot, et des weekends passés surtout à dormir… J’ai fini par passer des examens, et je suis maintenant sous traitement.

Du coup l’énergie est de retour! Et ça tombe bien, j’avais à tester des commandes passées chez Sproutpattern. Des commandes, parce que j’avais fait une grave erreur lors de ma première tentative, et commandé du XS alors que je mets un bon XL (la plus petite taille étant celle proposée par défaut) et que j’ai du refaire une commande à ma taille…

Le principe de Sproutpattern, pour ceux et celles qui ne connaissent pas, est de recevoir un patron entièrement pré-imprimé sur du tissus dont on choisi le motif dans la très, très large collection de Spoonflower. Il n’y a donc plus qu’à découper et coudre.

raptor redandbluestripe

(le motif pour ma robe)

Mon choix c’était porté sur la Moneta de Colette. Plusieurs raisons à ça: d’abord, c’est l’un des rares patrons disponibles dans ma taille sur Sprout (avec maintenant quelques patrons Cashmerette) et qui soit en stretch (comme les possibilités d’adaptation sont limités sur Sprout). Ensuite, j’avais envie de tester ce patron depuis un moment après en avoir entendu pas mal de bien sur le net.

J’ai d’abord cousu la version à ma taille. J’ai eu beaucoup de mal avec la méthode de fronces à l’élastique je j’avais mal comprise, même avec le tuto sur le blog de Colette… du coup, fronces très inégales et grosses frustrations.

 


J’ai heureusement trouvé un autre tutoriel qui a mieux cliqué pour moi, et ma deuxième est mieux réussie (pas de photos de cette deuxième, celle trop petite pour moi, que j’ai cousue pour une amie et qui est maintenant en route pour le loin). Du coup, c’est une technique que je me note dans un coin bien soigneusement…

raptor pattern blue

(le motif de cette seconde moneta, dispo sur spoonflowers aussi)

Par contre, j’ai eu encore eu bien du mal à assembler la jupe au corsage. Du coup c’est moche… et probablement carrément à refaire par endroit. Bleh. Je n’ai aussi pas tellement aimé la méthode pour finir le col et l’ourlet des manches dont le résultat ne me plait guère… ça rendrait peut être mieux avec une aiguille double, mais pour l’heure la méthode ne m’impressione guère.

.

Dans l’ensemble, Moneta pour l’instant me donne surtout envie de me refaire une zéphyr! La construction n’en est pas beaucoup plus longue pour un résultat qui me plait infiniment plus (alors que ma seule Zéphyr a quand même été une de mes toutes premières cousettes, réalisée sur une machine peu coopérative et un peu à l’arrache, avec une compréhension très basique de l’adaptation d’un patron à ma taille!). Mais je me garde moneta sous le coude parce que comme dans le cas présent, je pense qu’elle est plus adaptée à des rayures que ne l’est zéphyr.

Quant à Sproutpattern… j’en apprécie la facilité, c’était vraiment parfait pour me remettre doucement à coudre après un mois pour le moins difficile. Je commanderai encore peut être à l’avenir… si je le peux. Parmi tout les modèles proposés, il y en a si peu qui aillent jusqu’à ma taille, c’est assez frustrant… et le prix est tout de même conséquent. A choisir, j’ai plus de chances de juste commander le tissu chez Spoonflower et de me débrouiller ensuite… mais je ne regrette pas l’expérience.

Un rayon de soleil – Upton dress, Cashmerette

Je l’ai voulu cette robe, et maintenant, je l’ai! Ma robe upton, jaune avec des petites nétoiles…

image

Le tissus est un coup de coton du marché Saint Pierre sur lequel j’ai eu un énorme coup de cœur. Normalement je ne porte jamais de jaune, ni même tellement de couleurs chaudes d’ailleurs… mais justement, je veux essayer de faire un effort sur ça, parce que ma garde robe est un peu un dégradé de bleu…
image

Cette robe, a mille lieues de mes couleurs normales, je l’adore déjà. J’aime sa forme (encore qu’elle soit un peu lache à la taille et la poitrine… mais bon, c’est plus facile à gérer que l’inverse!), j’aime sa couleur qui contraste avec mes cheveux… j’espère juste que le temps va s’améliorer que je puisse la porter un peu!

image

juré la fermeture est bien droite, mais c’est dur de se prendre en photo de dos…

image

Il y a des pooooooooches ❤ Non mais parce que franchement le truc génial en couture, c’est quand même les robes avec des poches hein. Et les jupes avec des poches. Et tout avec des poches.

image

En ce qui concerne la construction, ça a été plus simple que je pensais. N’ayant jamais fait de doublure avant, ça m’inquiétait pas mal, mais c’était assez bien expliqué dans le livret, et le blog cashmerette a un sewalong qui aide à encore plus clarifier tout ça.

Pour info, j’ai coupé un 18 C/D sans aucune adaptations. A ma prochaine tentative, je pense diminuer un peu à la taille et la poitrine. Et/ou remonter la taille un peu. Ou pas. J’aime assez comme ça au final!

Au final donc, une très jolie robe qui me plait beaucoup malgré ses petites imperfections!

Here comes the general – Washington dress, Cashmerette

Une de mes couseries préférées à ce jour (avec mon moji que je porte presque tous les jours), voilà ma robe Washington de Cashmerette!

Mais d’abord, un mot sur Cashmerette: il s’agit d’une ligne de patron indé créée par une américaine pour les grandes tailles. Elle compte à ce jour quatre modèles en taille 12-22, avec trois tailles de bustes disponibles à chaque fois (C/D, E/F, G/H). Autant dire que j’ai craqué sur le concept tout de suite, même si j’hésitai devant les modèle proposé. Les wraps dress, pas mon truc, et à l’époque le seul autre modèle était Washington que je n’étais pas sûr de complètement aimer… mais tant pis, je me suis lancé dessus, juste histoire de pouvoir enfin coudre un truc sans avoir besoin de me prendre la tête à agrandir avant.

Je ne regrette pas cette décision ❤ Washington est confortable et jolie, et facile à réaliser j’ai trouvé (même en ayant décidé un peu à l’arrache de modifier le patron sans jamais l’avoir cousu, juste parce que je suis un peu con comme ça 😀 ça m’a posé quelques problèmes, mais c’était entièrement ma faute)
image

image

Je suis à l’aise dedans (même pour faire de la trottinette sur le chemin du travail!) et je la trouve jolie… que du bonheur!
image

De mémoire, j’ai coupé en 16-18-18.

A l’heure actuelle, Cashmerette propose quatre modèles:  Washington présentée ici, Appleton (une “wrap dress, pas sûr comment le traduire?), Condord un t-shirt avec pas mal d’option que j’espère coudre très vite, et depuis peu Upton le premier modèle pour tissus non extensibles que je viens de commander et que j’ai hâte de tester ❤

De mémoire, la plupart des patrons sont pour débutant/ débutant avancé. Les instructions ne sont qu’en anglais à ce jour, mais je pense possible à suivre sans problème même sans une connaissance approfondie de la langue (mais étant moi même très à l’aise en anglais, j’ai du mal à juger).

Bref, je suis fan de cette robe, et je suis encore plus fan de cette ligne de patron qui propose de vraies jolies choses pour les grandes tailles!

Aïe ça pique (Chardon – Deer and Doe)

Après quelques péripéties (j’avais oublié de mettre le numéro de mon immeuble sur l’adresse de livraison) et grâce à la gentillesse de l’équipe Deer and Doe (qui m’a renvoyé sans frais supplémentaire le patron lorsqu’il leur est revenu), j’ai enfin eu le patron de la jupe Chardon. Pour dire à quel point le projet m’impatientait, j’avais couru acheter du tissus et le matériel nécessaire le lendemain de la commande… et au final, même après avoir reçu le patron j’ai du attendre encore, parce que j’étais en plein déménagement.

Mais finalement, ma machine à coudre est arrivée à notre nouvelle maison, et j’ai pu me mettre au boulot. Ce fut l’affaire d’un weekend, en partie parce que j’ai dû adapter le patron à ma taille, étant une fois encore pas mal au dessus du 46 proposé par DD. Au lieu d’agrandir proportionnellement de façon à atteindre un taille 50 comme je l’avais fait pour ma zéphyr, j’ai tenté la méthode apprise sur un cours craftsy et fait une jupe vraiment sur mesure, pile pour moi.
image

Ma première a été une réussite dans l’ensemble, même si je doute de la porter beaucoup. Je ne suis juste pas fan du tissus au final, en tout cas pas sur cette jupe en tout cas… mais j’adore définitivement la forme, la taille haute… et je suis super fier de ma toute première fermeture éclair!

image

Je me suis donc vite remis au boulot pour faire ma “vrai” Chardon, celle dont je rêve depuis que j’ai vu le modèle: une jupe dinosaure , réalisée avec un tissus de mon propre design (spoonflower, mon amour… ) et (je crois) un coupon de coton. J’ai mis finalement plus de temps que prévu à la coudre… mais la voilà, comme je l’ai rêvée ❤

image

et parce que je suis trop fier de mes dinosaures…image

J’espère refaire d’autres chardons (j’ai d’autres motif dinosaures à utiliser, et la jupe se prête bien à cette petite fantasie je trouve :D) mais je pense que je la raccourcierai un peu… je n’ai déjà pas une silhouette très fine, à cette longueur la jupe “casse” pas mal la ligne de mes jambes… ce détail mis à part, j’adore ❤

Petite question d’image

Je ne suis plus sûr de ce qui m’a fait tomber un jour sur un blog parlant du plantain de deer and doe, mais c’est ce qui m’a fait retomber dans mon envie de coudre. J’ai tout de suite craqué pour les modèles DD (en particulier la jupe chardon, et plus tard la robe zéphyr, plus la Datura sur laquelle je lorgne) et commencé à vouloir tenter tout ça.

Sauf que comme mentionné dans un post précédent, j’ai débarqué dans la couture en mode super n00b, avec de vagues souvenirs de conseils de ma grand mère, un ou deux bouquins, et une machine à coudre trop vieille qui ne marchait qu’à l’envers. Pas facile, facile… et encore moins facile a été la grande claque dans ma tronche quand j’ai réalisé que chez pas mal de patrons indépendants, je suis au dessus des plus grandes tailles proposées.

Je vois pas mal des articles disant combien la couture a aidé telle ou telle blogueuse à se sentir bien dans son corps, à moins s’inquiéter de son poids. J’avoue que sur les premières semaines, j’ai plutôt eu l’effet inverse. Jamais avant de commencer à coudre je n’avais vraiment pris conscience que j’étais dans les grandes tailles (faut dire, j’ai tendance à préferer les t-shirt hommes un peu ample, je porte des chemisiers uniquement en entretien, et je fais du shopping uniquement si j’y suis forcé…). Entre autres problèmes lors du désastre qu’a été ma blouse airelle, il y a eu une soirée à pleurer parce que je me sentais rejeté par la couture du fait de ma taille . J’ai des tendances à tout dramatiser j’avoue, ça n’aide pas.

Ce qui n’aide pas non plus, c’est que tant de blog coutures français sont tenues par des personnes qui semble faire au grand max du 40 (jai croisé un ou deux 46… mais j’ai du mal à trouver des blogs de gens au dessus de ça). Il a fallu que je commence à fouiner la blogosphère américaine pour plus facilement trouver des gens qui me ressemblent… et surtout, j’ai trouvé 1) le merveilleux Curvy Sewing Collective, dont le focus est explicitement sur la couture grande taille et qui m’a permis de trouver d’autre blogs, des astuces coutures, des tests de patrons 2) le cours sur craftsy “Plus size pattern fitting and design” qui m’a énormément rassuré sur le besoin d’ajuster des patrons et sur la manière de le faire (le super sens de l’humour de la prof aide aussi à dédramatiser)

Résultat, j’ai jeté par la fenêtre ma soudaine crise face à la circonférence de mes hanches, et j’ai accepté que non, je n’allais pas rentrer dans nombre de patrons indé dès leur sortie de l’enveloppe… mais pas grave, ça n’est pas non plus la fin du monde de devoir bidouiller un peu et avoir un vêtement qui me va, à moi, que j’aurai fait avec fierté, dans un style et des couleurs de mon choix… et ça c’est quand même super, non? Ma crise sera partie presque aussi vite qu’elle est venue…

Bref, où je veux en venir avec tout ça? Juste que je m’étais dit que si je commençais un jour un blog, je serai méga open sur le fait que je suis grande taille, et sur les changements que j’ai a apporter quand je couds… parce que même quand on a du moelleux partout, on peut se faire plaisir et s’amuser avec la couture 😉

coutures rapides (Moji – Seamwork; tunique Chouette Kit 20)

Des fois, c’est chouette de faire un petit projet rapide et facile… Et samedi, j’ai fait juste ça. Poussé par 1) mon dernier jean qui venait de vilement me lacher comme un sale traitre et ras le bol d’aller claquer du temps et du fric dans des trucs qui me vont jamais 2) les photos du MeMadeMay sur Instagram qui m’ont fait trop envie d’avoir au moins un ensemble fait maison à mettre en mai.

L’occasion de me lancer enfin sur un patron Seamwork, à savoir le pantalon Moji. Le plus long a probablement été d’imprimer et scotcher ensemble toutes les parties du patron… et au final, j’ai imprimé à la mauvaise proportion, donc j’ai du couper une taille plus grande que normale. Même avec cette petite erreur, le pantalon s’est cousu comme un rien et est agréable à porter, réussite totale ❤ (juste un peu court en bas, à noter pour le prochain…)
image

Et comme il me restait du temps ce samedi, je me suis enfin lancée à faire la tunique du Chouette Kit 20 taille 3. Rapide et facile, mon seul regret est que le tissus, bien que confortable, a été un peu chiant à travailler car il s’effiloche pas mal… comme je n’ai pas surfilé (par pure flemme et parce que je ne pensais pas que ça serait aussi problématique), j’ai un peu peur de sa tenue sur le long terme… vu le prix du kit, ça m’ennuie un peu, mais ça sera ma faute. J’espère réaliser la décoration au crochet dans un futur plus ou moins proche, on verra…
image

Verdict: le moji, on en refera pour sur, en attendant d’oser un pantalon plus complexe. La tunique… Pas sur, mais on garde sous le coude les instructions simple à répéter au besoin.

Comme un petit vent frais (Zéphyr – Deer and Doe)

Les modèles Deer and Doe sont vraiment ce qui m’a donné envie de me lancer sérieusement dans la couture, après de longs mois à me dire que oui, peut être, un jour… et puis j’ai vu la jupe chardon et là coup de cœur, il me la fallait à tout prix. Sauf que problèmes lors de la commande, j’ai mal rentré mon adresse… et donc mon patron de chardon s’est fait attendre. Entre temps, commande de l’Airelle (avec le résultat annoncé dans mon premier poste) et surtout de la Zéphyr, qui a été ma première réussit couture ❤

patron-robe-zephyr

Fort de mon expérience avec l’airelle, j’ai soigneusement agrandi de deux tailles mon patron pour arriver à un 50. Commencée sur mon ancienne machine à  coudre (qui n’avait que la marche arrière et plein de problèmes) et finit sur ma toute nouvelle toute belle Brother.

Comfortable, cousue dans du scuba à paillette de etissus.com, ma Zéphyr est super confortable et jolie.
image

Seul regret, le col un peu raté… mais bon, on débute encore, et j’ai fini la robe à l’arrache parce que je voulais pouvoir la mettre pour un weekend à Rome.
image

Verdict: je veux en refaire une, peut être en me risquant cette fois à faire le col en V qui me faisait trop peur pour la première fois…

J’apprend à coudre et ça marche(ra éventuellement)

Et c’est parti pour le blog à couseries de Jau /o/

Pour l’instant, on se lance en mode grand débutant, puisque mis à part quelques tentatives de ma grand mère il y a une bonne dizaine d’années, j’apprend un peu sur le tas. Et… ben, ça se voit, hein. Pour donner une idée de la progression:

été 2015:

Jupe “super facile” faite sur machine à coudre retrouvée dans le grenier de mes grand parents (je n’avais pas réalisé à l’époque, mais machine coincée en marche arrière). Dans l’ensemble, pas trop mal, même si la taille est un peu large, et la jupe un peu longue… mais portable et portée (projet de refaire l’ourlet pour la raccourcir et donc la porter plus). Patron: McCall M6101

février 2016:

t-shirt plantain de deer and doe taille 44 (parce que c’est ce que je mettais en pap à une époque alors lol, ça veut dire que je prend ça en couture aussi hein?), sans manche parce que réalisé avec un vieux coupon de tissus. Grosse cata à réaliser, plusieurs aiguilles cassées… mais mettable au final parce que coup de chance, ce tissus atroce à travailler se détend comme un rien et ne reprend pas sa forme et donc me va…

t-shirt plantain numéro 2, aussi taille 44. Et oups, cette fois, problème sur la taille, même si la construction s’est passée sans trop de problème… Dur à mettre, même si joli. Je note donc qu’il faudra faire plus grand pour le prochain projet…

Mars 2016:

blouse airelle en taille 46. Parce que si c’est la plus grande taille dispo, il faudra bien que ça m’aille, même si clairement les mensurations annoncées sont clairement en dessous des miennes… Sans surprise ça n’a pas marché, je ne peux pas mettre la blouse que j’ai abandonnée avant la fin, et c’est là que je me suis décidé à vraiment regarder comment agrandir les patrons…